01/05/2010

réflexions sur les croyances

 

Question que je me pose par rapport aux croyants de tous bords (Juifs orthodoxes, Chrétiens genre Opus Dei, musulmans intégristes, terroristes divers)

 

Une dame entièrement voilée de noir, on ne voit qu'à peine ses yeux, dit tranquillement à un journaliste qu'elle s'habille de la sorte POUR PLAIRE à  DIEU!!!Comment existent-t-ils des gens assez naïfs ou irréfléchis pour croire qu’il existe un (ou des) dieu(x) imbécile(s) qui s’occupe(nt) de la façon dont les gens s’habillent, de ce qu’ils mangent, de la façon (et avec qui) ils font l’amour, alors que tout va mal sur la terre et qu’il y aurait tout de même autre chose à faire pour une (ou des) divinité(s), soi disant toute(s) puissante(s) et aimante(s) que de s’occuper ainsi de choses anodines ?

Je lui (leur) suggère, par exemple, d’empêcher les gens de se taper dessus et même de s’entretuer au sujet de leur religion respective, de s’occuper que les gens aient à manger plutôt de s’occuper de ce qu’ils peuvent ou non manger, d’empêcher une moitié de l’humanité de dominer l’autre moitié, sous prétexte de sexes différents, en un mot de laisser les humains respirer.

J’entends d’ici les prêtres de tous bords seriner que Dieu nous laisse libres. C’est facile ça, tiens ! Vous vous entretuez, vous inventez des règlements idiots et contraignants, vous proclamez que c’est vous et pas les autres qui détiennent la vérité et le (ou les) dieu(x) auxquels vous croyez se lavent les mains tranquillement. « Ils sont libres, n’est ce pas ? Je n’en ai rien à faire. » Dans un conte, un jour, j’ai lu qu’une jeune fille, enlevée par une déesse et élevée par elle, dit à sa mère, qui vient la voir pour essayer de la récupérer,  et s’étonne de sa froideur : « Elle (la déesse) m’a enseigné l’indifférence qui est la vertu des dieux ».

 Nourrie d’Evangile depuis ma naissance, je ne peux croire à un Dieu indifférent. Je préfère penser qu’en fait, il n’existe pas, ça fait moins mal et donne du courage : c’est en nous et nulle part ailleurs que nous devons trouver la force de vivre et de supporter l’insupportable qui se passe, chaque jour, partout dans le monde, tout en faisant tout ce que nous pouvons pour rendre le monde meilleur dans notre sphère de vie. Si chacun balaie devant sa porte…

08:46 Écrit par Marie-Claire Schùermans dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est trop simple de dire que Dieu n'existe pas, parce qu'on ne peut comprendre qu'il existe et que le monde soit ce qu'il est ! Mistigris pensequ"'il y a tant et tant de choses que sa caboche ne comprend pas et ne pourrai jamais comprendre, du moins pour le moment.
Je 'nai jamais appris que Dieu devait arranger les affaires qui tourne mal. Je l'entends qui dit : et alors ? que faites-vous ? Vous connaissez les chemins qui vont vers la vie, pourquoi prenez-vous les chemins de mort ?
Quand j'interroge Dieu, il me renvoie à ce que je pourrais faire et nai pas fait.
Si nous sommes libres, qui pourrait nous forcer à faire autre chose que ce que nous voulons ? La liberté, si je la respecte, est une barrière infranchissable. C'est à moi, c'est à nous de prendre nos responsabilités.
Que serait un monde où quelqu'un, mettons Dieu, metttrait sa main devant l'auto d'un fou du volan pour qu'il n'aie pas d'accident ? Qui arrangerait les choses quand nous le mettons sens desus dessous ? Ce serait facile alors de faire n'importe quoi, comme des accidents qu'çn provoque virutellement sur le web ! Je ne saurais plus vivre ! C'est moi qui veut vivre et pourquoi certain m'empêcherait de vivre ? Ou serait le défi de monter en montagne, de faire de la varape par exemple, si de toute façon il y a quelqu'un qui m'empêcerait de tomber ? On peut donner millle et mille exemples. La dignité de êtres humains, c'est de bâtir leur vie avec le monde tel qu'il est et, comme le disait un ami, de faire le moins de mal possible et le bien que l'on peut. Relisez, Marie-Claire, la légende du grand inquisiteur, dans "Les frères Karamazov de Dostoieski (je ne connais pas l'exacte ortographe du nom!), dans le tome 2 de l'édition de poche. Cela m'a parmis de comprendre tant de choses.
A bientôt; je ne griffe pas, je n'aime pas trop les caresses, j'aime la vie.

Écrit par : mistigris | 10/11/2010

C'est trop simple de dire que Dieu n'existe pas, parce qu'on ne peut comprendre qu'il existe et que le monde soit ce qu'il est ! Mistigris pensequ"'il y a tant et tant de choses que sa caboche ne comprend pas et ne pourrai jamais comprendre, du moins pour le moment.
Je 'nai jamais appris que Dieu devait arranger les affaires qui tourne mal. Je l'entends qui dit : et alors ? que faites-vous ? Vous connaissez les chemins qui vont vers la vie, pourquoi prenez-vous les chemins de mort ?
Quand j'interroge Dieu, il me renvoie à ce que je pourrais faire et nai pas fait.
Si nous sommes libres, qui pourrait nous forcer à faire autre chose que ce que nous voulons ? La liberté, si je la respecte, est une barrière infranchissable. C'est à moi, c'est à nous de prendre nos responsabilités.
Que serait un monde où quelqu'un, mettons Dieu, metttrait sa main devant l'auto d'un fou du volan pour qu'il n'aie pas d'accident ? Qui arrangerait les choses quand nous le mettons sens desus dessous ? Ce serait facile alors de faire n'importe quoi, comme des accidents qu'çn provoque virutellement sur le web ! Je ne saurais plus vivre ! C'est moi qui veut vivre et pourquoi certain m'empêcherait de vivre ? Ou serait le défi de monter en montagne, de faire de la varape par exemple, si de toute façon il y a quelqu'un qui m'empêcerait de tomber ? On peut donner millle et mille exemples. La dignité de êtres humains, c'est de bâtir leur vie avec le monde tel qu'il est et, comme le disait un ami, de faire le moins de mal possible et le bien que l'on peut. Relisez, Marie-Claire, la légende du grand inquisiteur, dans "Les frères Karamazov de Dostoieski (je ne connais pas l'exacte ortographe du nom!), dans le tome 2 de l'édition de poche. Cela m'a parmis de comprendre tant de choses.
A bientôt; je ne griffe pas, je n'aime pas trop les caresses, j'aime la vie.

Écrit par : mistigris | 10/11/2010

Les commentaires sont fermés.