24/02/2010

3 poèmes

Voyage

 

Par ses fenêtres illuminées,

Le train,

Immobile,

Regarde passer

Le paysage,

Pressé.

 

Les poteaux filent,

Comme des aiguilles,

Tirant leur fil.

Cousent-ils

Les champs,

Les arbres,

Les maisons,

 

Comme une tapisserie,

En folie,

Qui roule et boule,

Entrainant

Les villages,

Les nuages,

Les bois sauvages,

 

Et cet étang,

Tranquille,

Entre les arbres noirs?

Sur ses bords,

J'aurais rêvé

M'asseoir.

 

:8:8:8

 

 

Naissance

 

Ce matin,

Quelle surprise !

Sur mon PC,

En l’ouvrant,

J’ai trouvé

Un poème nouveau-né,

Comme un poussin,

 Sorti de l’œuf,

Tout mouillé,

Tout neuf.

 

Dans ma tête,

Il est entré.

Sans crier gare,

Dans ma tête,

Il a sauté,

Dans la mare

De mes neurones

Epouvantés.

 

Trottant partout

 Sous mon crâne,

Picorant,

De ci, de là,

Dans ma mémoire,

Dans mes idées,

Dans mes rêves,

Dans mes pensées,

Ne va-t-il pas

Tout brouiller ?

 

 

J’ai peur d’écrire

Des choses folles,

Quand, dans ma tête,

Il cabriole.

 

Mais le voilà

 Qui s’envole,

Par la fenêtre de l’oubli.

Comme un rêve,

Au réveil,

Fuit.

 

 

:8:8:8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Houte si plou

 

La fenêtre est mouillée et le jardin se noie.

J’écoute la pluie frapper mes carreaux

De ses mille petits doigts,

Comme une musique.

 

Le ciel descend bas,  couvercle gris,

Sur les toits luisants

Des maisons trempées.

Les branches nues des arbres

Se tordent et gémissent,

Au vent qui s’amuse.

 

Un oiseau triste, lance une trille,

Depuis le bouleau effeuillé.

Mais dans les parterres noirs,

Où l’eau dégouline, en petits ruisseaux,

Les fleurs du printemps

Se cachent et rient.

 

Demain, elles pousseront leur nez vert,

Comme une main se tend,

Pour sentir s’il pleut encore.

Et bientôt, par ma fenêtre ouverte,

Je les verrai sortir,

Habillées de toutes les couleurs,

Comme un arc en ciel,

Au soleil.

 

☺☻☼☻☺

 

 

 

 

 

17:23 Écrit par Marie-Claire Schùermans dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est fou votre écriture. Merci pour tous ces poèmes.
Merci pour les réponses à mes commentaires.
Ne cessez pas de chercher. Vous dites ceci ou cela aujourd'hui, mais la vérité est toujours plus loin.
Continuez à écrire. C'est du bon.
Ceci ne sont que des souhaits pas des conseils.
C'est que je vous souhaite.
mistigris

Écrit par : mistigris | 25/09/2012

enfin un endroit où mettre les commentaires.
Pourquoi voules-vous savoir l'email?
On parle par blog et cela suffit.
J'ai tout lu.
J'ai mes préférences. Vos poèmes surtout ou vos contes. plus que vos idées ou réflexions philosohiques.
Vous n'avez pas les rimes mais le rythme. On a envie de soutenir en tapant dans les mains ou sur un tam-tam silencieux. C'est pas dans la tête ce tam)tam mais dans le corps.

Écrit par : chercheurdor | 25/09/2012

Les commentaires sont fermés.